:: suivant >>
éditer :: []->

{"bf_titre":"#7 \/\/ POUR UNE SOCIETE DE LA SOLIDARITE, JUSTICE SOCIALE \/\/ Contre la privatisation et la marchandisation de l\u2019action sociale, une politique sociale concert\u00e9e et ambitieuse pour une solidarit\u00e9 de proximit\u00e9 passe par de nouveaux moyens au b\u00e9n\u00e9fice des petites et moyennes associations.","checkboxListeActuFiches":"1","listeListeThemeSemaine":"Soli","bf_date_debut":"2019-06-10","bf_date_debut_allday":"1","bf_date_debut_hour":"00","bf_date_debut_minutes":"00","bf_phrase":"@AssosCitoyennes? pour la campagne #MobilisationAssos?","bf_lien_image1_clr":"[[http:\/\/cedsdac.associations-citoyennes.net\/?PageCoord\/download&file=Affichette_gen_S1.pdf Affichette g\u00e9n\u00e9rale couleur]]","bf_lien_image1_n&b":"[[http:\/\/cedsdac.associations-citoyennes.net\/?PageCoord\/download&file=Affichette_gen_S1_nb.pdf Affichette g\u00e9n\u00e9rale noir&blanc]]","bf_lien_image2_clr":"[[http:\/\/cedsdac.associations-citoyennes.net\/?PageCoord\/download&file=Aff_sem7_10_06.pdf Affichette semaine 7 couleur]]","bf_lien_image2_n&b":"[[http:\/\/cedsdac.associations-citoyennes.net\/?PageCoord\/download&file=Aff_sesem7_10_06.nb.pdf Affichette semaine 7 noir&blanc]]","bf_argumentaire_court":"Le CAC s\u2019interroge sur la n\u00e9cessit\u00e9 qu\u2019il y aurait d\u2019affecter le principal effort de la puissance publique dans le secteur social \u00e0 quelques acteurs de la solidarit\u00e9, \u00e0 travers des appels d\u2019offre d\u2019un nouveau type. Le gouvernement ne semble plus poss\u00e9der qu\u2019un seul mod\u00e8le \u00e9conomique, incertain, pour le secteur social, entre les partenariats-priv\u00e9-public des \u00ab contrats \u00e0 impact social \u00bb et le changement d\u2019\u00e9chelle de la \u00ab French Impact \u00bb.\r\nLa solidarit\u00e9 n\u2019est pas un march\u00e9 ouvert \u00e0 la concurrence ! L\u2019action sociale repose sur un vaste ensemble d\u2019acteurs. Les petites et moyennes associations, ont vu fondre les moyens dont elles disposent comme la baisse drastique des subventions et la perte des emplois aid\u00e9s. Nous demandons la cr\u00e9ation d\u2019un fonds d\u2019urgence de 1Md\u20ac indispensable \u00e0 la solidarit\u00e9 de proximit\u00e9 et au maintien d\u2019un lien social fort entre tous les citoyens.","bf_argumentaire_long":"Les b\u00e9n\u00e9fices pas nets des Contrats \u00e0 Impact Social\r\n\r\nCe nouveau dispositif introduit depuis peu dans le secteur de l\u2019Action Social offre la possibilit\u00e9 \u00e0 des investisseurs de sp\u00e9culer sur des actions destin\u00e9es aux plus fragiles au sein de la soci\u00e9t\u00e9, ce qui ne manque pas d\u2019interroger \u00e0 maints niveaux :\r\n\r\nLe 7 mars dernier, Christophe Itier, Haut-Commissaire \u00e0 l\u2019\u00c9conomie Sociale et Solidaire, a annonc\u00e9 vouloir redonner un second souffle aux Contrats \u00e0 Impact Social (CIS), un dispositif ouvert en 2016. Sa particularit\u00e9 consiste \u00e0 cr\u00e9er des Partenariats Priv\u00e9 Public (PPP) dans le secteur de l\u2019Action Sociale, c\u2019est-\u00e0-dire que des investisseurs institutionnels ou priv\u00e9s financeraient une action de solidarit\u00e9 et en contrepartie pourraient en tirer des b\u00e9n\u00e9fices.\r\nComment peut-on se faire de l\u2019argent sur le dos des plus d\u00e9munis ? Les promoteurs des CIS se d\u00e9fendent de tout amoralisme car, mettent-ils en avant, les b\u00e9n\u00e9fices retir\u00e9s de l\u2019action financ\u00e9e ne le seraient qu\u2019en fonction des r\u00e9sultats observ\u00e9s sur le terrain. Les CIS ne viendraient pas concurrencer les dispositifs classiques de l\u2019Action Sociale, mais concerneraient des actions particuli\u00e8rement innovantes avec un syst\u00e8me de mesure particulier de leur impact social. Cela justifierait donc la culbute par deux du co\u00fbt d\u2019un CIS par rapport \u00e0 des dispositifs financ\u00e9s de mani\u00e8re traditionnelle par des subventions publiques. En effet, au prix de l\u2019action en elle-m\u00eame d\u2019un CIS se rajouteraient les int\u00e9r\u00eats vers\u00e9s aux investisseurs, mais aussi le co\u00fbt des interm\u00e9diaires entre les financeurs, l\u2019association support de l\u2019action et les pouvoirs publics (payeurs in fine), ainsi que le co\u00fbt de l\u2019\u00e9valuation du groupe cible, comme du groupe t\u00e9moin d\u2019ailleurs, puisqu\u2019il faut bien constituer un groupe ne b\u00e9n\u00e9ficiant pas du dispositif pour pouvoir mesurer l\u2019\u00e9cart avec celui en b\u00e9n\u00e9ficiant et calculer le versement des int\u00e9r\u00eat \u00ab au m\u00e9rite \u00bb en fonction de cet \u00e9cart.\r\n\r\nUne absence de caract\u00e8re innovant\r\n\r\nDepuis janvier 2017, et un premier colloque sur ce th\u00e8me, le Collectif des Associations Citoyennes s\u2019\u00e9l\u00e8ve contre la pertinence de la cr\u00e9ation de tels PPP dans le secteur de la Solidarit\u00e9. Il rappelle tout d\u2019abord le rapport du s\u00e9nat concernant les PPP dans le secteur des Travaux Publics et que la Haute Chambre avait qualifi\u00e9s de v\u00e9ritables \u00ab bombes \u00e0 retardement \u00bb. Au-del\u00e0 m\u00eame de la multiplication par 2 du financement de ces actions pour la Puissance Publique, le CAC tient \u00e0 examiner le plus objectivement possible les arguments des thurif\u00e9raires des CIS. Du propre discours de ces derniers, 3 conditions apparaissent comme indispensables \u00e0 leur justification : tout d\u2019abord que l\u2019action soit limit\u00e9e dans le temps car, s\u2019il serait moral de se faire de l\u2019argent en montant une action sociale, c\u2019est parce que cette action est cibl\u00e9e et ponctuelle et donc bien moins ch\u00e8re que des dispositifs p\u00e9rennes et moins innovants ; ensuite il faut que l\u2019\u00e9tude comparative entre le groupe cible et le groupe t\u00e9moin puisse se faire sur des bases suffisamment scientifiques, c\u2019est-\u00e0-dire avec des crit\u00e8res objectivables ; enfin, et pour le moins, il faut que l\u2019action innovante, au-del\u00e0 d\u2019une phras\u00e9ologie tr\u00e8s nov\u2019 langue issue du \u00ab nouveau monde \u00bb, se distingue r\u00e9ellement des actions classiques que le Travail Social avait d\u00e9j\u00e0 exp\u00e9riment\u00e9es et qu\u2019il finance \u00e0 moiti\u00e9 co\u00fbt.\r\nLe Monde du 8 mars d\u00e9crivait, dans un article intitul\u00e9 \u00ab les d\u00e9buts laborieux des Contrats \u00e0 Impact social \u00bb, les 3 nouveaux CIS valid\u00e9s r\u00e9cemment par le Haut-Commissariat \u00e0 l\u2019ESS pour un co\u00fbt global de 9,7 millions d\u2019euros. L\u2019action de la Cravate Solidaire consiste \u00e0 pr\u00eater un ensemble costume-cravate aux demandeurs d\u2019emploi avant un entretien d\u2019embauche, mais aussi \u00e0 les coacher. On retiendra que la mesure n\u2019est pas particuli\u00e8rement innovante : la pr\u00e9paration aux entretiens d\u2019embauche fait toujours parti des stages que propose P\u00f4le Emploi. L\u2019association Wimoov s\u2019adresse aux b\u00e9n\u00e9ficiaires du RSA pour les conseiller sur leur strat\u00e9gie de d\u00e9placement pour rejoindre un emploi ou une formation. Le caract\u00e8re innovant du CIS dont b\u00e9n\u00e9ficierait dor\u00e9navant Wimoov consisterait \u00e0 financer un outil num\u00e9rique pour cr\u00e9er un diagnostic par Internet de la situation du b\u00e9n\u00e9ficiaire. C\u2019est sans doute oublier que les b\u00e9n\u00e9ficiaires du RSA sont souvent des personnes isol\u00e9es pour lesquelles la remobilisation d\u00e9pend surtout d\u2019une pr\u00e9sence humaine \u00e0 leur c\u00f4t\u00e9 et non d\u2019un logiciel aussi intelligemment soit-il programm\u00e9. Enfin, l\u2019association Article Un a pour vocation d\u2019encourager les jeunes ruraux boursiers \u00e0 \u00ab oser choisir \u00bb des \u00e9tudes longues et difficiles. A bien conna\u00eetre ces publics on se demande si les freins \u00e0 leur ambition reposent r\u00e9ellement sur une dimension psychologique - parce qu\u2019ils n\u2019oseraient pas choisir - ou si ce qui les contraint ne consiste pas plut\u00f4t en la limitation en montant et en dur\u00e9e des bourses de l\u2019enseignement sup\u00e9rieur, qui n\u2019ont pas ou si peu \u00e9t\u00e9 revaloris\u00e9es depuis des ann\u00e9es.\r\nOn le voit bien, les actions propos\u00e9es ne poss\u00e8dent intrins\u00e8quement aucun caract\u00e8re innovant. Elles ne peuvent \u00eatre cependant esp\u00e9r\u00e9es comme innovantes que parce qu\u2019il existe un v\u00e9ritable recul dans le subventionnement des actions classiques. Faute de moyens financiers conventionnels suffisant, des d\u00e9cideurs politiques et des acteurs de l\u2019action sociale en viennent \u00e0 souhaiter l\u2019\u00e9mergence de ces CIS. La seule v\u00e9ritable innovation ne tient pas dans les actions promues par les CIS, mais dans le montage financier en lui-m\u00eame des CIS. L\u2019innovation est ce mythe sur lequel s\u2019est construit le capitalisme lui-m\u00eame : par le jeu de la concurrence le capitalisme d\u00e9truit violemment des emplois et des entreprises pour permettre l\u2019\u00e9mergence d\u2019autres, mais cette \u00ab destruction cr\u00e9atrice \u00bb (Joseph Schumpeter, que n\u2019h\u00e9site pas \u00e0 citer Emmanuel Macron) se r\u00e9v\u00e8lerait finalement positive, puisque les emplois et les entreprises nouvelles seraient plus innovant que ceux lamin\u00e9s. On a bien l\u00e0 dans le cas des CIS une figure du mythe qui consiste \u00e0 vouloir substituer le financement par subvention par celui par l\u2019investissement, en parant ce dernier par principe et non par d\u00e9monstration d\u2019attributs innovants.\r\n\r\nLe v\u00e9ritable enjeu\r\n\r\nIl faut comprendre le changement de paradigme actuel dans le Contrat Social pour mieux saisir les facteurs d\u2019\u00e9mergence des CIS. Ant\u00e9rieurement, tout au long du 20\u00b0 si\u00e8cle dans les pays industrialis\u00e9s en mesure de fabriquer les produits de consommation de masse dont avaient besoin les populations, il convenait de payer suffisamment les salari\u00e9s pour qu\u2019ils puissent acqu\u00e9rir ces produits. C\u2019est ce qu\u2019on appelle le compromis fordien (Henry Ford souhaitant que ses employ\u00e9s puissent acheter eux-m\u00eames les voitures qu\u2019ils produisaient). Bien s\u00fbr, ce Contrat Social, qui ne permettait pas la maximalisation des sommes investies par le Capitalisme, reposait aussi sur un syst\u00e8me de concurrence id\u00e9ologique avec le Socialisme, dont il fallait se d\u00e9marquer des promesses de lendemains radieux en offrant l\u2019acc\u00e8s d\u00e8s aujourd\u2019hui au consum\u00e9risme. De mani\u00e8re corollaire, le compromis fordien s\u2019interdit \u00e0 l\u2019\u00e9poque de se faire de l\u2019argent sur les actions envers les mis\u00e9reux et les invalides et sanctuarisa alors le secteur de la Solidarit\u00e9 de toute marchandisation.\r\nA la chute du mur de Berlin (1989) et des r\u00e9gimes communistes qui s\u2019ensuivirent, le Capitalisme n\u2019avait plus d\u2019adversaire id\u00e9ologique. Il pouvait alors revenir \u00e0 l\u2019une de ses tendances les plus profondes, la maximalisation imm\u00e9diate de ses profits. Fin alors du compromis fordien (abrogation par exemple de l\u2019indexation des salaires sur l\u2019inflation) et glissement de plus en plus fort du capitalisme industriel vers le capitalisme financier et sp\u00e9culatif. Ce dernier, dop\u00e9 en plus par la faiblesse des taux d\u2019emprunt, dispose d\u00e9sormais d\u2019une force d\u2019investissement \u00e9norme. Face \u00e0 la faiblesse progressive du pouvoir d\u2019achat des salari\u00e9s, ce nouveau capitalisme se lance \u00e0 la recherche effr\u00e9n\u00e9e de nouveaux march\u00e9s. Pour en trouver, il lorgne d\u00e9sormais sur les domaines auparavant pr\u00e9serv\u00e9s du social, de la culture et de l\u2019humanitaire.\r\nIl reste cependant \u00e0 trouver la martingale, l\u2019outil financier, qui permettrait de p\u00e9n\u00e9trer ces nouveaux march\u00e9s. C\u2019est ainsi qu\u2019\u00e9mergea bient\u00f4t toute une r\u00e9flexion sur les \u00ab titres \u00e0 impact \u00bb (social, culturel, humanitaire) et que quelques exp\u00e9riences furent tent\u00e9es dans les pays anglo-saxons. Dans le secteur de l\u2019action sociale, ces titres prirent dans ces pays le nom de \u00ab Social Impact Bonds \u00bb (SIB). La d\u00e9marche s\u2019institutionnalisa en 2013 quand le G8, alors pr\u00e9sid\u00e9 par David Cameron, d\u00e9cida de promouvoir ces titres dans les pays les plus riches, comme nouveau moyen de financement des secteurs non-marchand. Une taskforce fut r\u00e9unie sous l\u2019autorit\u00e9 de Sir Ronald Cohen pour coordonner l\u2019application et la g\u00e9n\u00e9ralisation de ces titres dans les pays du G7 et, en France, ce fut Hugues Sibille (alors vice-pr\u00e9sident du Cr\u00e9dit Coop\u00e9ratif et qui en pr\u00e9side d\u00e9sormais la fondation) qui chapeauta son comit\u00e9 national. \r\nL\u2019argumentation principale d\u2019Hugues Sibille pour justifier l\u2019introduction en France des CIS, c\u2019est que ceux-ci comporteraient plus de garde-fous que les SIB anglo-saxons : un moindre taux d\u2019int\u00e9r\u00eat (autour de 6 % et non pas de 13 % comme ailleurs) et un refus de la titrisation de ces investissements. Sur ce dernier point, qu\u2019on puisse en douter, car comment des fonds sp\u00e9culatifs pr\u00e9sents dans le tour de table des investisseurs pourront r\u00e9sister longtemps avant de monnayer leurs investissements sous forme de titres \u00e9changeables ?\r\n\r\nLe diable s\u2019habille en PRAHDA\r\n\r\nFin 2016, le minist\u00e8re de l\u2019Int\u00e9rieur lance le premier CIS fran\u00e7ais sous forme d\u2019un appel d\u2019offre pour la cr\u00e9ation de 5000 places d\u2019accueil d\u2019urgence pour les demandeurs d\u2019asile. Il s\u2019agit du Programme d\u2019Accueil et d\u2019H\u00e9bergement des Demandeurs d\u2019Asile (PRAHDA). Un fonds va \u00eatre cr\u00e9\u00e9 pour la circonstance : appel\u00e9 H\u00e9misph\u00e8re, il est dot\u00e9 de 200 millions d\u2019euros, apport\u00e9 pour une moiti\u00e9 par la Banque de d\u00e9veloppement du Conseil de l\u2019Europe et pour l\u2019autre par 6 investisseurs institutionnels : Aviva France, BNP Paribas Cardif, la CDC, CNP Assurance, la MAIF et Pro BTP. \r\nH\u00e9misph\u00e8re ach\u00e8te au groupe Accor 62 vieux h\u00f4tels Formule 1 qui vont devenir les nouveaux centres d\u2019accueil des demandeurs d\u2019asile. Il en confie la gestion \u00e0 l\u2019Adoma (ancienne Sonacotra, qui g\u00e9rait les foyers de travailleurs immigr\u00e9s), une soci\u00e9t\u00e9 mixte. H\u00e9misph\u00e8re promet un taux de r\u00e9mun\u00e9ration fixe de 3,5 % \u00e0 ses investisseurs, soit \u00e0 peu pr\u00e8s le double de ce que rapporte un pr\u00eat immobilier \u00e0 des particuliers. Mais ce taux augmentera encore, en fonction d\u2019objectifs sociaux suffisamment basiques pour \u00eatre facilement atteignables.\r\nPour permettre cette rentabilit\u00e9, H\u00e9misph\u00e8re et l\u2019Adoma vont rogner au maximum sur le co\u00fbt des nuit\u00e9es qui sont pay\u00e9es par l\u2019Etat : c\u2019est ainsi que des familles de 4 personnes vont \u00eatre entass\u00e9es \u00e0 4 dans 7 m2 ou que les \u00ab encadrants sociaux \u00bb sont souvent non-dipl\u00f4m\u00e9s du secteur social et peuvent ne se retrouver qu\u2019\u00e0 deux pour mettre en place l\u2019accompagnement social et l\u2019acc\u00e8s au droit de plus de 80 h\u00e9berg\u00e9s\u2026 \r\nAu total, gu\u00e8re de travail d\u2019insertion possible dans les Prahda, tant il ne s\u2019agit que de parer \u00e0 l\u2019urgence avec des moyens ridiculement faibles. Mais les financeurs auront r\u00e9ussi avec ce premier CIS une belle op\u00e9ration sp\u00e9culative. \r\n\r\nUn manque de rigueur \u00e9valuable\r\n\r\nGrand sujet aussi d\u2019\u00e9tonnement pour les observateurs de l\u2019introduction des CIS en France, le caract\u00e8re pr\u00e9cipit\u00e9 de leur introduction et le manque d\u2019\u00e9valuation de leur pertinence. Pourtant, c\u2019est sur cet aspect m\u00e9thodologique et scientifique de l\u2019\u00e9valuation que les promoteurs des CIS veulent se d\u00e9marquer des pratiques de financement ant\u00e9rieures de l\u2019Action Sociale par subventions publiques. Selon ces \u00ab modernes \u00bb, le mod\u00e8le par subvention ant\u00e9rieur aurait \u00e9t\u00e9 globalement incapable de justifier de l\u2019impact social de ses actions. Or les laudateurs des CIS semblent manquer eux aussi cruellement d\u2019\u00e9valuation de leurs actions. Pourquoi ne disent-ils pas que l\u2019exp\u00e9rience de Peterborough, la prison anglaise qui fit l\u2019objet d\u2019une des premi\u00e8res actions financ\u00e9es sous forme de SIB et centr\u00e9e sur les questions de r\u00e9cidives des d\u00e9tenus sortant, ne fut jamais conduite jusqu\u2019\u00e0 son terme et s\u2019av\u00e9ra donc non \u00e9valuable ? Pourtant c\u2019est bien ce mythe fondateur qui est souvent \u00e9voqu\u00e9 par les partisans des SIB\/CIS. Pourquoi avant la phase de g\u00e9n\u00e9ralisation des CIS en France, il fallut une astuce s\u00e9mantique pour dire que la phase de tests avait \u00e9t\u00e9 \u00e9valu\u00e9e, non pas parce que les premiers CIS sign\u00e9s en France l\u2019eussent \u00e9t\u00e9 \u00e0 la fin de leur action, mais parce que c\u2019est le processus de leur s\u00e9lection qui l\u2019a \u00e9t\u00e9 ? \r\nActuellement, alors que le Haut-Commissariat \u00e0 l\u2019ESS pousse \u00e0 la roue pour passer \u00e0 la phase de massification des CIS, aucune exp\u00e9rience pr\u00e9alable n\u2019a encore \u00e9t\u00e9 conduite jusqu\u2019\u00e0 son terme et n\u2019a donc pu \u00eatre \u00e9valu\u00e9e. \r\nPourquoi \u00e9galement opposer aux mouvements citoyens d\u00e9sireux d\u2019observer les CIS l\u2019introduction d\u2019un \u00ab secret des affaires \u00bb dans le champ de la Solidarit\u00e9 pour refuser de communiquer sur les conditions du montage de l\u2019action entre les diff\u00e9rents acteurs concern\u00e9s ?\r\nCes CIS, co\u00fbteux pour la puissance publique, gu\u00e8re innovant par rapport aux pratiques ant\u00e9rieures du secteur de l\u2019Action Sociale, non encore test\u00e9s, dissimul\u00e9s par le secret des affaires et conduit au pas de course, n\u2019ont convaincu en France ni l\u2019institut Godin, un think tank de l\u2019ESS, ni le Haut Conseil \u00e0 la Vie Associative. Et \u00e0 l\u2019ext\u00e9rieur de l\u2019hexagone ils n\u2019ont pas obtenu davantage la validation de l\u2019Organisation de Coop\u00e9ration et de D\u00e9veloppement Economiques. En France, il ne s\u00e9duit qu\u2019un segment \u00e9troit de l\u2019\u00c9conomie Sociale et Solidaire, celui des Entrepreneurs sociaux, qui r\u00eave d\u2019hybridation entre l\u2019ESS et l\u2019\u00e9conomie marchande. Ils sont r\u00e9unis notamment au sein du Mouvement des Entrepreneurs Sociaux (Mouves, dont Christophe Itier fut pr\u00e9sident). Le Mouves compte \u00e9galement dans ses actuels administrateur son ancien pr\u00e9sident, Jean-Marc Borello, pr\u00e9sident de SOS, le tentaculaire groupe d\u2019entrepreneuriat social avec ses 14 000 salari\u00e9s et ses 350 \u00e9tablissements, et acteur de 2 des 3 projets nouvellement \u00e9lus pr\u00e9sent\u00e9s par Christophe Itier, puisque l\u2019association Wimoov appartient au groupe SOS et que le fonds Inco pr\u00e9sent dans le financement de la Cravate Solidaire, a \u00e9t\u00e9 fond\u00e9 au sein du groupe SOS et s\u2019appelait alors Comptoir de l\u2019innovation.\r\nNous avons donc d\u2019un c\u00f4t\u00e9 une tendance lourde du capitalisme mondial actuel \u00e0 promouvoir les SIB par l\u2019interm\u00e9diaire des pays les plus riches du monde, afin de p\u00e9n\u00e9trer de nouveaux march\u00e9s et de trouver les nouveaux outils pour en tirer des profits. De l\u2019autre, nous avons en France une petite coterie, li\u00e9e par l\u2019entre-soi et le sens des affaires, qui tente de se placer sur le march\u00e9 \u00e9mergent des CIS. \r\nIls ne sont pour l\u2019instant que 6 de ces contrats \u00e0 avoir b\u00e9n\u00e9fici\u00e9 de l\u2019imprimatur de Haut-Commissariat. Mais ces CIS pourraient aussi s\u00e9duire des collectivit\u00e9s territoriales, dont les moyens pour subventionner l\u2019Action Sociale ont drastiquement diminu\u00e9. En faisant l\u2019impasse sur le futur et le moment o\u00f9 la note finale leur sera pr\u00e9sent\u00e9e, ces collectivit\u00e9s pourraient accro\u00eetre le nombre des CIS. Souhaitons que ces Contrats, co\u00fbteux pour la collectivit\u00e9 et n\u2019ayant en rien prouv\u00e9 leur caract\u00e8re innovant, passent \u00e0 la trappe de l\u2019Histoire, juste retenus par Celle-ci \u00e0 titre anecdotique comme un de ces t\u00e2tonnements que le Capitaliste du 21\u00b0 si\u00e8cle aura effectu\u00e9 dans sa qu\u00eate de nouveaux march\u00e9s solvables.","bf_ressources":" - [[http:\/\/www.associations-citoyennes.net\/?p=7662 Quand le social finance les banques et les multinationales - Les Contrats \u00e0 Impact Social : des SIB \u00e0 la fran\u00e7aise !]] - [Livret CAC A5]\r\n - [[http:\/\/www.associations-citoyennes.net\/?s=solidarit%C3%A9 French Impact, la solidarit\u00e9 laiss\u00e9e au Priv\u00e9]] - [communiqu\u00e9 du CAC juin 2018]\r\n - [[http:\/\/www.associations-citoyennes.net\/?p=13498#more-13498 Les b\u00e9n\u00e9fices (toujours pas) net des Contrats \u00e0 Impact Social]] - [article du CAC propos\u00e9 au Monde.fr - avril 2019]\r\n - [[https:\/\/www.bastamag.net\/Quand-les-investisseurs-prives-inventent-la-finance-sociale-pour-remplacer-les Quand les investisseurs priv\u00e9s inventent la \u00ab finance sociale \u00bb pour remplacer les services publics]] - [Article mars 2018 Bastamag!] \r\n - [[https:\/\/laviedesidees.fr\/Les-contrats-a-impact-social-une-menace-pour-la-solidarite.html Les contrats \u00e0 impact social : une menace pour la solidarit\u00e9 ?]] - [Article jan 2018 La vie des id\u00e9es.fr]\r\n","bf_contacts":"\u00e0 venir","id_typeannonce":"2","id_fiche":"Lundi24JuinPourUneSocieteDeLaSolidar","createur":"FredOdass?","date_creation_fiche":"2019-04-26 19:03:30","statut_fiche":"1","imagebf_image1":"Lundi24JuinPourUneSocieteDeLaSolidar_aff_gen_sai1_250.png","imagebf_image2":"Lundi24JuinPourUneSocieteDeLaSolidar_aff_sem7_10_06_250.jpg","date_maj_fiche":"2019-07-10 10:29:00"}