LIRE & SIGNER L'APPEL !
image manif.jpg
Nous, acteur-trices associatif-ves de l’Économie Sociale et Solidaire et de l’Éducation Populaire, engagés dans les mouvements citoyens (mouvement sociaux, associations citoyennes, réseaux associatifs), portons un modèle de société dans lequel la solidarité, le bien commun et l'intérêt général priment sur le tout-marchand et la concurrence. Contre la logique de marchandisation du secteur associatif, pour la défense de l'emploi associatif, du droit à subvention, et la contractualisation pérenne avec les partenaires publics, nous appelons à l'organisation chaque semaine d'une action mettant en avant la situation, le rôle et la diversité des associations citoyennes et leur contribution à la construction d'une société plus humaine, juste et solidaire.

Pourquoi cette campagne de mobilisation ?



Suite à son assemblée plénière réunie samedi 23 février 2019 en présence d’une cinquantaine d’acteurs engagés dans les mouvements citoyens (mouvement des Gilets Jaunes, Associations citoyennes, Réseaux associatifs) le Collectif des Associations Citoyennes a décidé de lancer un appel à mobilisation aux associations pour renforcer les mouvements de contestation contre des politiques et un système qui ne permettent pas à une majorité de personnes, de toutes origines et de toutes conditions sociales, de vivre dignement.

La réunion Plénière dans ses grandes lignes : Le mouvement des Gilets jaunes ne vient pas de nulle part, et il ne peut surprendre les militants des associations citoyennes qui connaissent les dures conditions de vie des habitants des communes, des quartiers populaires, des villes. Il rejoint d’autres mouvements sociaux de travailleurs pour la défense de leur emploi, des employés ou usagers des services publics, contre la contre-réforme de l'administration (Action Publique 2022), contre la fermeture de bureaux de poste ou de maternités. Il rejoint nombre d'enseignants contre la mise à sac du service public d’éducation, et des lycéens et étudiants qui s’inquiètent des filières et des réformes leur bloquant l’accès à l’université. Il rejoint aussi beaucoup d’agriculteurs soumis aux normes productives industrielles, ou encore les personnes isolées, retraitées, handicapées, vivant pauvrement d’allocations et de minimas sociaux.

Pendant que se déroule le « grand » débat, l’Assemblée Nationale et le Sénat continuent de voter les lois liberticides ou destructrices des services publics : loi anticasseur, loi pour une école de confiance (!), loi PACTE, réforme de la justice… Les procédures-baillons se multiplient contre les militants associatifs, pour restreindre le droit d’intervention des associations et des citoyens, contre le devoir d’asile et de fraternité. Dans ce contexte, il n’y a rien à attendre de ce « grand » débat. Mais il y a tout à espérer de VRAIS DÉBATS, de citoyens et d’associations, sans tabou, portant sur tous les effets des politiques actuelles et s’autorisant à discuter d’un changement de cap !
Nous entendons porter un modèle de société dans lequel le tout-marchand et la concurrence ne s’imposent plus à la solidarité, au bien commun et à l'intérêt général. Sur la base de ses propres revendications, contre la logique de marchandisation du secteur associatif, pour la défense de l’emploi associatif, du droit à subvention, et la contractualisation pérenne avec les partenaires publics, nous appelons à l'organisation d'une action, chaque semaine, mettant en avant la situation, le rôle et la diversité des associations citoyennes, leurs revendications et leurs propositions pour une société humaine, solidaire, écologique, démOcratique.

Pour leur part les associations citoyennes sont prêtes à y prendre toute leur place, localement, avec les habitants et les citoyens, mais aussi dans une large coordination inter-réseaux construite avec les citoyens engagés.